• Victoire & Vocal

Quelle est la (meilleure) pratique?





Tout jetable ou lavage thermo-désinfection ?

La vaisselle jetable ou le lavage... la notion éco-responsable, avec de la vaisselle 100% bio.

Les menus jetables en matière biodégradable... 200€ jeté par jour ou 200€/mois de crédit pour payer la nouvelle machine thermo-désinfectante ?

Un lave-vaisselle restauration, café ne va pas au-delà de 70° et la norme imposée post Covid-19 se situe plutôt entre 80 et 90 degrés. Sans parler des lave-vaisselles d’appoint à seulement 60°.

Un coût important à prendre en considération pour les CHR. Cependant en prenant en considération que les règles du post-confinement pourraient être pérennisés, l’investissement pourrait bien plus qu’être rentable. Les Français étant habitués à ne pas apprécier le jetable, cela pourrait vous différencier de la concurrence.

Tout le monde porte le masque obligatoire ou plexiglass partout ?

Porter un masque toute la journée, avec la chaleur, les grignotages, la désaltération, ou encore le visage qui démange, pas facile à supporter.

On sait déjà sourire avec un masque, maintenant une petite idée pour boire avec un masque ? Ou alors un tunnel de plexiglass personnel qui vous emmènerait de votre palier à votre boulot, c’est un peu osé!


Mais des questions restent en suspend : comment échanger avec des amis avec du plexiglas ? Ou signer une décharge à l'entrée ?


Le plexiglass dans les lieux de destination du public tel que les CHR sont néanmoins avantageux, pour un semblant de convivialité, bien que le masque soit obligatoire lorsque le client se déplace.

Les tables espacées de 2m ou instants privatisés plus nombreux ?

Le challenge de l’espacement des tables est le défi numéro 1, espacé de pas un mais deux mètres signifie deux fois moins de couverts, moitié moins de revenus..

Les groupes de clients doivent être séparés en face mais aussi de chaque côté, d’épaule à épaule, et vers l’arrière (« dos à dos ») par une distance de 2 mètres.

Pour autant des isoloirs sont envisageables jusqu’aux salles privatisées, ce qui rend obsolète la règle des deux mètres.

Un aménagement drastique est un challenge de taille, alors que faire ? La question serait de connaître la pérennité ou non de la situation, ce qui légitimerait les investissements en question.

Évidemment, les groupes de clients ne doivent pas se mêler entre eux, mais une famille est autorisée à se réunir.

Concernant les groupes de clients, les personnes arrivées ensemble au restaurant peuvent s’asseoir à une seule et même table même si elles ne font pas parties du même ménage.


Proposer uniquement à emporter ou mixer les deux modèles ?

Depuis le début du confinement, les restaurants se sont tous équipés afin de continuer à faire quelques ventes : cela est passé par la livraison à domicile et le click and collect. Ne faudrait-il donc pas pérenniser cette stratégie à l’heure où est prévue une baisse de 50% du nombre de clients consommant sur place ?

Quand est-il pour ceux qui ont dé-confiné avant nous ?

Daniel Ducrocq, directeur du service distribution chez Nielsen énonce que « En Chine, où l’e-commerce a atteint 30% de part de marché sur l’alimentaire pendant le confinement, 89% des consommateurs disent désormais vouloir effectuer plus fréquemment des achats online de produits frais et de première nécessité ».

La diversification des sources de revenus est une réalité nécessaire pour les CHR.


1 vue0 commentaire