• Victoire & Vocal

Places de Marché...LA solution à tous nos malheurs d'aujourd'hui?

Dernière mise à jour : 7 déc. 2020



La crise économique et l'e-commerce grand public


Il pourrait être évident que l’e-commerce aie été, et continue d'être, le grand gagnant de cette crise économique. Il est vrai que si les magasins sont restés fermés ( et le sont pour la plupart encore aujourd’hui et à nouveau…) pendant de longues semaines de confinement, la population doit bien trouver un moyen de continuer à se fournir de ce dont elle a besoin.


Au deuxième trimestre 2020, les cyberacheteurs étaient près de 41 millions, soit un million de plus qu’à la même période en 2019 ce qui représente une progression globale de 5,3 % sur cette même période contre un 1,8 % sur les trois premiers mois de l'année.


La croissance a été encore plus soutenue dans l’alimentaire (+50% à +80% de ventes en ligne selon les enseignes), un marché sur lequel l’ensemble des points de vente sont pourtant restés accessibles durant le confinement.


La peur de contacts physiques liée à la crise sanitaire du Covid a mené les français à passer leurs commandes sur le net.


Avec un score de résistance noté A par Xerfi (sur une échelle de A à E), les

pure players figurent parmi les acteurs qui ont la capacité à tirer profit de la

crise en captant de nouveaux clients intéressés par l’achat online grâce à leur notoriété.


Alors, l’ e-commerce est-il le grand gagnant? Gagnant OUI, mais si grand que cela…

La réalité n’est pas aussi simple.

Pour rappel, la croissance de ce secteur atteignait 12,1 % au deuxième trimestre 2019, face à “seulement” 5,3 % cette année.


Le directeur général d'Amazon France annonçait publiquement que certains produits comme l'hygiène, l'alimentaire ou le matériel de bureau avait connus de fort hausse d’activité.


Alors que la vente des produits a grimpé fortement ce qui a compensé la chute de la vente de services. A ce titre, la vente de voyages en ligne a perdu 75 % de son chiffre.


Les 10 chiffres-clés du e-commerce à retenir pour le T2 de 2020:



  • Chiffres d’affaires du e-commerce au 2e trimestre 2020 : 25,9 milliards d’euros,

  • Croissance du e-commerce au T2 2020 : +5,3 % vs +12,1% au T2 2019,

  • Répartition des ventes de produits et services : 57 % du chiffres global pour la vente de produits contre 44 % en moyenne sur 2019,

  • Transactions en ligne sur les sites de vente sur Internet (produits et services) : 408 millions,

  • Panier moyen : 63,6 € (+6,8 % vs T2 2019),

  • Plus de 202 000 sites marchands recensés, soit 11 000 de plus sur 1 an,

  • Achats en ligne auprès des enseignes magasins : + 83 %,

  • Ventes de voyages en ligne : -75 %,

  • Ventes réalisées pour le compte de tiers sur les places de marché : +60 % en avril et mai, +26 % en juin 2020 (vs +14 % sur l’année 2019),

  • Ventes sur mobile (smartphones et tablettes numériques) à partir de sites et d’applications : -0,3 %



Dans ce cadre des restrictions sanitaires comme celui que nous vivons, soutenir l’activité e-commerce de TPE/PME devient une question de survie, bien évidemment du moment qu’elles sont bien accompagnées.


La nécessité d’aller plus vite dans la transition digitale et numérique pour tenir au mieux que possible pendant cette période de crise pourrait s’avérer un accélérateur des nouvelles opportunités de business.



5 vues0 commentaire